08 Mar 2020

>>> CAUSERIE : CONTRE LA TECHNOPOLICE À MARSEILLE (19/03/2020 · 19:00 – Dar Lamifa)

EDIT : CAUSERIE ANNULÉE POUR CAUSE DE CORONAVIRUS.

La Dar Lamifa ne pourra pas ouvrir ses portes au public le 19 mars. Nous espérons reporter la causerie à une date ultérieure. Nous vous tiendrons au courant au plus tôt.
Désolé pour ce contretemps...



Sur le site technopolice.fr, un texte annonce la couleur à propos de la mise au pas des marseillais :
  •     « En décembre 2017, la mairie de Marseille annonçait le début du déploiement de son Observatoire Big Data de la tranquillité publique à l’issue d’un appel d’offre remporté par l’entreprise Engie Inéo, leader du marché de la vidéosurveillance. Le projet marseillais promet une vaste plateforme d’intégration basée sur les méthodes de Big Data et de machine learning, capable d’analyser ce qui s’est passé (hier), d’apprécier la situation actuelle (aujourd’hui), et d’anticiper la situation future ou probable (demain). L’outil agrégera en effet de multiples bases de données structurées et non-structurées, notamment celle de la Délégation Générale de la Sécurité (DGSEC) de la ville de Marseille, qui répertorie toutes les mains courantes, les verbalisations, et bien d’autres données géolocalisées récoltées par les acteurs municipaux de la sécurité.
  •     À cela s’ajouteront les flux du vaste réseau de vidéo-surveillance rendu intelligent grâce au traitement de l’image (2000 caméras à terme, et demain des drones), les données des hôpitaux publics, les données publiées par les foules sur les réseaux sociaux (Twitter et Facebook sont mentionnés page 22 du CCTP). Sans compter les jeux de données fournis par les partenaires externes de la ville, qu’il s’agisse d’autres collectivités, de l’État (coucou la Place Beauvau, ses statistiques sur la criminalité, ses fichiers biométriques TES et autres !) ou des partenaires privés (opérateurs télécoms, etc.), qu’Engie Inéo aura pour mission de démarcher. Il y a de quoi faire. Enfin, le crowdsourcing est également de mise. Si l’on en croit le CCTP, chaque citoyen pourra fournir en temps réel des informations (texto, vidéo, photo, vitesse de déplacement, niveau de stress, …) via une application sur smartphone ou des objets connectés. Grâce à toutes ces données, la ville souhaite donc analyser automatiquement les incidents grâce à des algorithmes portant sur leur contexte et leur cause, sur la détection et l’investigation des comportements anormaux, sur la géolocalisation des points dits « chauds » de la ville. »
    La mairie de Marseille, désormais dotée de cet « Observatoire Big Data de la tranquillité publique », nous fait faire des pas de géant vers une société de contrôle contre laquelle, en tant que libertaires, nous ne pouvons que lutter. Une société dans laquelle – à terme – l'agrégation des immenses quantités de données issues de la surveillance continue de nos vies et l'automatisation de son traitement au bénéfice de l'autorité locale redonne toute son actualité à l'architecture carcérale "idéale" du PANOPTIQUE imaginée par les frères Bentham et à sa critique.

     

Photographie intérieure d'un bâtiment d'une prison cubaine à Presidio Modelo, construite sur le modèle du panoptique.

    
    Pour discuter des dérives qu'implique la surveillance totale de la ville et de nos vies, nous invitons Félix Tréguer, membre de la Quadrature du Net et de technopolice.fr, à animer une causerie le 19 mars 2020 dès 19h à la Dar Lamifa ( 127 rue d'Aubagne, Marseille ). La causerie sera suivie d'un repas à prix libre.

    📥 Téléchargements de l'affiche monochrome 
    📥 Téléchargements de l'affiche couleur 

En préparation de cette causerie, voici quelques liens :
    

    1) Au sujet de l'« Observatoire Big Data de la tranquillité publique » :

    [📰 article] Projets technopolice sur Marseille, sur le site technopolice.fr  avec de la documentation et un espace de discussion dédié sur un forum.
    ⤷ Et bien sûr, plus globalement : https://technopolice.fr/ (car les projets de technopolice ne concernent pas que Marseille)    

    [🎦 video ~4min] BIG DATA TRANQUILITY par primitivi
    ⤷ Mais aussi : « La morale réformée, la santé préservée, l'industrie revigorée, l'instruction diffusée, les charges publiques allégées, l'économie fortifiée — le nœud gordien des lois sur les pauvres non pas tranché, mais dénoué — tout cela par une simple idée architecturale » disait Jeremy Bentham dans Le Panoptique en 1780 ... on croirait pourtant entendre l'adjointe au maire Caroline Pozmentier dans cette propagande d'Oracle ([🎦 video ~2min] Témoignage Ville de Marseille : Projet Big Data de la Tranquillité Publique avec Oracle BigData ; la propagande officielle  ). La rhétorique est claire : "ville intelligente" = "ville de la sécurité", "ville sûre" = "territoire attractif", "territoire attractif" = "développement économique", mais avant tout "ivre dans la tranquillité publique".

    Caroline Pozmentier : « Nous ne jouons pas les apprentis sorciers » (source : https://www.telerama.fr/medias/deux-associations-attaquent-la-videosurveillance-intelligente-a-marseille,n6590904.php )

    2) Au sujet du PANOPTIQUE :

    [📰 article wikipedia] Panoptique

    [🎦 video youtube ~4min] Le panoptique de Bentham, par la chaîne EtaleTaCulture

    [🎦 video youtube ~4min] À l'origine de la société de surveillance : le panoptique, par la chaîne de France Culture 

    ⤷ Et pour aller plus loin sur Foucault : [🎦 video youtube ~12min] Foucault - Surveiller et punir - De Dicto #10, par la chaîne Politikon  [📰 article France Culture, 🎧 avec 5 audios d'Alain Damasio ~10min] La société de surveillance de Foucault, par Pierre Ropert

     

    3) Autres vidéos conseillées :

    [🎦 video ~1h25min] NOTHING TO HIDE (2017), documentaire qui s'intéresse à la place de la surveillance dans la société et à son acceptation dans l'opinion à travers l'argument "je n'ai rien à cacher",  en sous-titré français

    [🎦 video ~33min] QUIET STORM par sub.media (média anarchiste et anticapitaliste anglais), avec des sous-titres disponibles en français